Association GEFA

Nos chevaux … Texte de Jane Smiley

Nos chevaux … Texte de Jane Smiley Posted on 12 octobre 2021Leave a comment

Jane Smiley :

“La plupart des chevaux passent d’un humain à un autre – certains cavaliers sont patients et indulgents, d’autres sont rigoureux et exigeants, d’autres sont cruels, d’autres sont ignorants. Les chevaux doivent apprendre à, au minimum, marcher, trotter, galoper avec un cavalier, aller sur les pistes et peut-être sauter, être soignés par le vétérinaire, le tout avec bon sens et bonnes manières.

Les pur-sang talentueux doivent apprendre à gagner des courses, et s’ils ne peuvent pas le faire, ils doivent apprendre à négocier des parcours et à sauter par-dessus des obstacles étranges sans les toucher, ou à faire des mouvements compliqués de type danse,ou à contrôler du bétail, ou encore à aider des enfants et des adultes gravement handicapés dans le cadre d’une thérapie.

De nombreux chevaux apprennent toutes ces choses au cours d’une seule vie. En outre, ils apprennent à comprendre et à s’intégrer dans les systèmes sociaux successifs des autres chevaux qu’ils rencontrent sur leur chemin.La vie d’un cheval ressemble un peu à vingt ans de placement en famille d’accueil, ou d’entrée et de sortie de prison, tout en changeant sans cesse d’école et en découvrant que non seulement les autres élèves ont déjà leurs propres groupes sociaux, mais aussi que ce que vous avez appris à l’ancienne école n’a pas beaucoup d’application dans la nouvelle.

Nous ne sommes pas aussi exigeants envers les autres espèces, y compris les humains.Le fait que les chevaux excellent souvent, qu’ils dépassent les attentes de leurs propriétaires et de leurs entraîneurs dans de telles circonstances, témoigne autant de leur intelligence et de leur capacité d’adaptation que de leurs aptitudes relationnelles, de leur générosité naturelle ou de leur nature innée.

Qu’ils manifestent parfois les mêmes symptômes que les orphelins abandonnés – détresse, comportements étranges, colère, peur – est moins surprenant que le fait qu’ils ne le fassent généralement pas.Personne ne s’attend à ce qu’un enfant, ou même un chien, développe ses capacités intellectuelles en vivant dans une boîte 23 heures par jour et en faisant des exercices contrôlés le reste du temps.L’esprit des mammifères se développe par l’interaction sociale et la stimulation.Un cheval qui semble “stupide”, “lent”, “têtu”, etc. n’a peut-être pas eu la chance d’apprendre !

Prenez soin de vos chevaux et chérissez-les. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *